Se connecter

Mot de passe perdu ?

Entrez votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez bientôt recevoir un email pour réinitialiser votre mot de passe.

Baromètre politique : Après deux mois « d’attentisme bienveillant », les jugements des Français à l’égard du couple exécutif se durcissent

26/07/2017

42% des Français déclarent aujourd’hui avoir une bonne opinion de l’action du président de la République, soit une baisse de 3 points depuis juin. Surtout, cette édition du Baromètre politique Ipsos / Le Point signe la fin d’une période de deux mois d’attentisme bienveillant : les avis critiques à l’égard d’Emmanuel Macron progressent fortement, passant de 27% à 42% (+15 points).  

Le président de la République ne dispose donc désormais que d’un solde d’image neutre (autant d’opinions positives que de négatives). A titre de comparaison, ses trois prédécesseurs enregistraient, au même stade, des niveaux de popularité bien plus élevés : 53% de jugements favorables pour Jacques Chirac en juillet 2002 (contre 39% de jugements défavorables), 66% pour Nicolas Sarkozy l’été 2007 (contre 25% d’avis critiques), 55% pour François Hollande en juillet 2012 (contre 37%). 

Les premières difficultés rencontrées par Emmanuel Macron (démission du chef d’état-major des armées Pierre de Villiers, précisions concernant la hausse de la CSG dès le 1er janvier prochain, annonce de la baisse de l’APL…) ont un impact particulièrement fort chez certaines catégories de population : les retraités (45% de bonnes opinions, -8 pts ; contre 40% de jugements négatifs, +20 pts), les personnes ne se déclarant proches d’aucun parti (27%, -11 pts ; contre 37%, +21 pts) ou encore les électeurs de Français Fillon au premier tour de l’élection présidentielle (47%, -6 points d’opinions positives ; contre 45% d’avis critiques, soit +25 points).

Dans une moindre mesure, la tendance est la même pour le Premier ministre. Avec 41% de jugements favorables (+2 points), Edouard Philippe voit surtout progresser les opinions négatives à son égard : 36%, soit +12 points en un mois. Là encore, ce sont les retraités (37% de mauvaises opinions, +20 pts), les personnes ne se déclarant proches d’aucun parti (32%, +20 pts) et ceux qui ont voté pour le candidat LR en avril dernier (34% +17 points) qui durcissent le plus leurs jugements.  

Cette vague du baromètre met par ailleurs en évidence le retour du climat de défiance à l’égard de la classe politique dans son ensemble. Sur les 29 autres personnalités testées (ce mois-ci et le mois dernier), 21 voient leur solde d’image se dégrader, contre 4 seulement pour qui ce solde s’améliore (et 4 stables).     

Parmi les plus fortes baisses du mois, on soulignera celle mesurée pour Nicolas Hulot, sans doute jugé désormais davantage en tant que responsable politique en charge des questions d’écologie économique que comme une personnalité de la société civile soucieuse de l’écologie environnementale. Ainsi, le Ministre de la transition écologique et solidaire recule de 5 points, à

52% de bonnes opinions contre 36% de jugements négatifs (+14 points). Malgré cette baisse, Nicolas Hulot reste aujourd’hui largement en tête du palmarès des personnalités préférées des Français, devant Jack Lang (42%) et Alain Juppé (40%).

Parmi les quelques personnalités qui progressent, on citera Anne Hidalgo qui, après la confirmation de l’organisation des JO à Paris en 2024 ou 2028, passe de la 19ème à la 6ème place, avec 28% d’opinions positives, +7 points. De même, Nicolas Sarkozy gagne 3 points à 28% et, plus significatif, il redevient le leader préféré des sympathisants LR avec 74% de jugements favorables (+5 pts), devant Alain Juppé (69%) et François Baroin (65%).

Quant aux nouveaux entrants du baromètre, tous membres du Gouvernement, ils se distinguent surtout par leur faible notoriété, y compris chez les sympathisants de la République en Marche. Plus de la moitié des Français n’est pas en mesure de se prononcer sur l’action de Gérald Darmanin (55%, dont 48% des sympathisants REM) ou de Muriel Pénicaud (59%, dont 56% des proches de la REM), ce taux atteignant même 66% chez les Français (et 61% chez les sympathisants REM) pour Jean-Michel Blanquer.   

Voir le baromètre de l'action politique Ipsos Le Point depuis 1996 :

Document associé :