Se connecter

Mot de passe perdu ?

Entrez votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez bientôt recevoir un email pour réinitialiser votre mot de passe.

2nd tour présidentielle 2017 : sociologie des électorats et profil des abstentionnistes

07/05/2017

Le sondage Ipsos / Sopra Steria dresse la radiographie politique et sociologique des électorats d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, détaille le profil des abstentionnistes et révèle le comportement des électeurs des candidats éliminés au premier tour.

Si le front républicain a perdu de sa force par rapport à 2002, il aura tout de même permis à Emmanuel Macron d’emporter une victoire très nette sur Marine Le Pen et d’être, après Jacques Chirac, le candidat ayant enregistré le meilleur score de second tour de l’histoire de la Ve République (66,1%). Emmanuel Macron a obtenu la majorité des suffrages dans toutes les catégories d’âge, sur l’ensemble des salariés comme chez les personnes « à leur compte », chez les moins diplômés comme chez ceux qui ont fait des études supérieures, dans toutes les catégories de revenus, des moins aux plus aisés, dans toutes les catégories d’agglomération, du rural à l’agglomération parisienne, quelle que soit la proximité partisane des électeurs hors proches du FN, de l’extrême gauche aux sympathisants LR. Même si beaucoup se sont abstenus ou ont voté blanc, la majorité des électeurs de François Fillon, de Jean-Luc Mélenchon ou de Benoît Hamon qui se sont déplacés au second tour ont choisi le bulletin Macron. Ce dernier a enregistré ses meilleurs soutiens auprès des cadres (82%), des plus diplômés (81%), des retraités (74%), des plus aisés (75%) ; auprès de ceux qui déclarent « s’en sortir facilement avec les revenus du ménage » (79%).

Marine Le Pen (33,9%) n’a quand même pas été balayée, et ses scores ont presque doublés par rapport à ceux obtenus par son père en 2002. Elle a été majoritaire chez les ouvriers (56% / 44%), et chez ceux « qui s’en sortent très difficilement avec les revenus du ménage » (69% / 31%). Elle a concurrencé Emmanuel Macron chez les chômeurs (47% / 53%), les employés (46% / 54%), les non-bacheliers (45% / 55%), dans la tranche de revenus la plus basse (45% / 55%). Surtout, le vote frontiste s’est largement diffusé dans la société française, Marine Le Pen ayant obtenu les voix d’au moins un électeur sur trois dans presque toutes les catégories socio-démographiques testées dans notre enquête, à l’exception des plus aisées où Macron a enregistré ses meilleurs scores. Elle a approché les 40% de suffrages sur l’ensemble des actifs, dans les catégories de revenus intermédiaires, chez ceux qui ont du mal à s’en sortir avec les revenus du ménage, ceux qui pensent que la jeune génération vivra moins bien qu’eux… A titre de comparaison, le meilleur score de Jean-Marie Le Pen en 2002 était de 31%, chez les ouvriers. En revanche, le rapprochement politique avec Nicolas Dupont-Aignan (4,7% au 1er tour) n’a pas eu le succès attendu : 30% de ceux qui l’avaient choisi au premier tour ont effectivement voté Le Pen au second, mais 43% ont préféré s’abstenir (20%) ou voter blanc (23%) et 27% ont choisi Emmanuel Macron.

Le scrutin aura été marqué par une abstention historique (25,4%). Un électeur sur quatre n’est pas allé voter, et l’on a battu le record d’abstention depuis 1969 pour un second tour de la Présidentielle. C’est aussi la première fois depuis 1969 que la participation a baissé entre le premier (77,8%) et le second tour (74,6%), et ce malgré la qualification d’une candidate frontiste. En 2002, la mobilisation avait progressé de huit points entre le premier (71,6%) et le second tour (79,7%). Avec la diffusion du vote frontiste à l’ensemble des strates d’électeurs, le taux d’abstention et de bulletins blancs et nuls (8,6%) est une autre preuve de la « dédiabolisation » sinon du FN, en tout cas du vote Marine Le Pen. Ce dimanche, 41% de l’électorat 1er tour de Jean-Luc Mélenchon a préféré s’abstenir (24%) ou voté blanc et nul (17%). Outre les 40% de non-exprimés dans l’électorat de Nicolas Dupont-Aignan, 32% de l’électorat de François Fillon et 27% de l’électorat de Benoit Hamon n’ont pas non plus tranché. Classiquement, l’abstention a été sensiblement plus forte chez les jeunes (le tiers des moins de 35 ans ne s’est pas déplacé), chez les CSP- (30% d’abstention chez les employés / ouvriers), les chômeurs (35%) et au sein des foyers les moins aisés (34%).


 

Suivez nos estimations sur la page dédiée :

Élection Présidentielle

Document associé :