Se connecter

Mot de passe perdu ?

Entrez votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez bientôt recevoir un email pour réinitialiser votre mot de passe.

30 ans de lutte contre la pauvreté

14/02/2017

À l'occasion du 30ème anniversaire de l’avis Wresinski, Ipsos et le CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental) font le point sur la pauvreté en France.

PAUVRETÉ, QUI EST RESPONSABLE ?

Les Français attribuent la responsabilité de la lutte contre la pauvreté à l’État en premier lieu (83%), loin devant les collectivités locales (45%), les citoyens (28%), les entreprises (22%) ou les associations (14%). Cette primauté de l’Etat est exprimée par toutes les catégories de Français, sans distinction.

QUELLES ACTIONS ?

En matière de lutte contre la pauvreté, si les dons sous forme d’argent ou en nature dépendent fortement du revenu, on ne note pas de différences importantes entre les Français concernant les autres formes d’action contre la pauvreté :

  • 53% des Français soutiennent financièrement des associations contre la pauvreté. Dans le détail, les foyers les plus aisés (62% chez ceux dont le revenu mensuel est supérieur à 3000€) sont plus nombreux à donner que les foyers les plus modestes (40% chez ceux inférieurs à 1200€), les femmes (58%) que les hommes (49%), les plus de 65 ans (66%) que les moins de 35 ans (38%).
  • Une part plus importante de Français (81%) réalise des dons en nature (aux banques alimentaires, relais etc.), avec une moindre disparité entre les sexes, les âges et les revenus.
  • En plus des dons matériels, mais dans une moindre mesure, les Français donnent aussi de leur temps à travers les actions bénévoles ponctuelles ou en s’engageant dans une association, un syndicat, une fondation ou un collectif. Ils sont plus nombreux encore à parler aux gens qui vivent dans la rue.



LES DOMAINES D'ACTION PRIORITAIRES

Pour lutter contre la pauvreté, les Français désignent comme domaines prioritaires d’action l’emploi (55%) et le logement (54%), devant la santé (34%) et l’éducation (29%). 

Document associé :