Se connecter

Mot de passe perdu ?

Entrez votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez bientôt recevoir un email pour réinitialiser votre mot de passe.

En France, 35 % des femmes estiment bénéficier des mêmes chances que les hommes, contre 44 % des hommes

09/02/2017

Alors que les « Women’s March » ont un impact retentissant dans le monde entier, une nouvelle étude Ipsos menée dans 23 pays révèle que la majorité des citoyens estiment que leurs gouvernements respectifs ne sont pas assez engagés dans la promotion de l’égalité des sexes. S'il existe de profondes disparités entre les pays, les femmes ont dans la plupart des cas une vision moins positive de l’égalité entre les sexes que les hommes.


DES DISPARITÉS DANS LE MONDE

Il existe des écarts frappants dans la perception de l’égalité homme-femmes entre les pays. Ainsi, en Pologne, où 59 % des hommes estiment que l’égalité des chances entre les deux sexes est une réalité, contre seulement 32 % des femmes. L’Argentine (68 % contre 43 %), l’Afrique du Sud (70 % contre 47 %) et le Pérou (75 % contre 55 %) affichent également de fortes disparités.
Globalement, les hommes ont une perception plus positive dans l’ensemble des pays, Japon mis à part. La France figure dans les pays affichant un écart réduit entre perception masculine et féminine (44 % contre 35 %).
Aux États-Unis, où est né le mouvement mondial des « Marches des Femmes », 72 % des hommes estiment que les femmes bénéficient des mêmes opportunités qu’eux, contre 53 % des femmes.

Dans l’ensemble, les plus jeunes se montrent plus optimistes que leurs aînés : dans l’ensemble des 23 pays, 56 % des 15-34 ans pensent que les opportunités sont les mêmes, contre 48 % des 50-64 ans.
Le revenu relatif a également un impact : à l'échelle mondiale, 59 % des personnes percevant un revenu nettement supérieur à la moyenne de leur pays considèrent l’égalité entre les sexes comme une réalité, contre 48 % des personnes à faible revenu. 

LES PERCEPTIONS NE REFLÈTENT PAS TOUJOURS LA RÉALITÉ

La perception de l’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas toujours un indicateur fiable de la situation réelle, telle que mesurée par l’Indice d’inégalités de genre (2014) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). 

l’Indice d’inégalités de genre 2014) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Par exemple, les sondés en Inde sont les plus enclins, sur l’ensemble des pays interrogés, à considérer que l’égalité entre les sexes est réelle, 72 % – dont 68 % de femmes – affirmant que les femmes bénéficient des mêmes chances que les hommes. Selon le PNUD, la réalité est tout autre : sur les 23 pays sondés, l’Inde affiche les moins bons résultats. Il s’agit toutefois d’un sondage de la population en ligne, dont il convient de considérer (en Inde, tout comme dans d’autres pays à faible taux de pénétration d’Internet) qu’il exprime l’opinion d’une classe moyenne connectée aisée et urbaine, ce qui peut en partie expliquer cet écart entre la perception et la réalité.

À l’inverse, les chiffres recueillis dans certains pays effectivement plus égalitaires sous-estiment l’égalité réelle entre les sexes, notamment le Japon, la Corée du Sud et l’Espagne.

Certains publics arrivent toutefois à évaluer objectivement l’égalité entre les sexes dans leur pays – le Brésil, par exemple, s’estime plutôt inégalitaire dans ce domaine, tendance confirmée par les chiffres du PNUD. Inversement, les sondés en Allemagne et en Suède estiment que l’égalité hommes-femmes est bien ancrée dans leur pays, conformément aux chiffres du PNUD.

LES GOUVERNEMENTS SONT-ILS SUFFISAMMENT ENGAGÉS SUR CE FRONT ?

À la question de savoir si leur gouvernement engage suffisamment de mesures en faveur de l’égalité hommes-femmes, 40 % des sondés des 23 pays pris en compte se disent satisfaits, contre 32 % qui jugent que les pouvoirs publics n’en font pas assez. Les femmes sont là aussi moins satisfaites (33 %) de l’action gouvernementale que les hommes (48 %).  
En France, seulement 24 % des femmes pensent que le gouvernement en fait assez pour promouvoir l’égalité des sexes, contre 36 % des hommes.
Certains pays affichent des différences notables, comme les États-Unis : 60 % des hommes estiment que le gouvernement œuvre suffisamment en la matière, contre seulement 36 % de femmes. Après l’Afrique du Sud, il s’agit de la différence de perception la plus marquée.
Le public en Pologne, en Hongrie et au Brésil se montre le plus critique à l’égard des mesures engagées par leur gouvernement pour faire progresser l’égalité entre les sexes, avec près de la moitié des sondés estimant les actions trop faibles dans ce domaine. Dans ces pays, une femme sur cinq seulement se déclare satisfaite des mesures entreprises par le gouvernement pour la promotion de l’égalité hommes-femmes (Pologne – 18 %, Hongrie – 19 % et Brésil – 22 %).

L’opinion en Grande-Bretagne est proche de la moyenne mondiale : 4 Britanniques sur 10 (43 %) estiment que leur gouvernement favorise suffisamment l’égalité entre les sexes (contre 40 % à l’échelle globale) ; 52 % des hommes s’accordent sur ce point, contre 35 % pour les femmes.

Jonathan Glennie, Directeur du Centre de Recherche sur le Développement Durable, Ipsos MORI (UK), explique : « Ces résultats révèlent d’importants écarts de perception de l’égalité hommes-femmes en fonction des sexes. La majorité des femmes considèrent encore qu’elles sont victimes de discrimination à cet égard, tandis que les hommes sont beaucoup moins susceptibles d’être préoccupés par cette problématique. L’égalité entre les sexes fait partie intégrante du Programme de développement durable des Nations unies (objectif 5) et ces résultats mettent en évidence l’ampleur du chemin qu’il reste à parcourir sur ce front, tant au sein des pays émergents que développés. »

Fiche technique :
Étude Ipsos Global @dvisor réalisée online, du 23 septembre au 7 octobre 2016, sur 17 057 personnes, âgées de 16 à 64 ans dans 23 pays : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Corée du Sud, Espagne, France, UK, Hongrie, Inde, Italie, Japon, Mexique, Pologne, Russie, Suède, Turquie et les USA.

Document associé :