Se connecter

Mot de passe perdu ?

Entrez votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez bientôt recevoir un email pour réinitialiser votre mot de passe.

Les trois ans à Matignon de Lionel Jospin : un bon bilan, sans garantie pour l'élection présidentielle

31/05/2000

Vendredi 2 juin, Lionel Jospin fêtera ses trois années à Matignon. L'enquête Ipsos/France Soir montre que le bilan est positif pour l'image du Premier ministre, mais plus mitigé quant à l'action de son gouvernement.

Trois ans : l'occasion de dresser un bilan de l'action du gouvernement. Ce dernier est positif pour les domaines de l'emploi et de la santé. Pour 62% des Français, "le gouvernement de Lionel Jospin a plutôt réussi dans sa lutte contre le chômage". Il faut toutefois nuancer ce jugement, puisque plus d'une personne sur deux estiment que la baisse du chômage est essentiellement liée "à une conjoncture économique internationale favorable", et un quart des sondés pense que c'est grâce "au dynamisme des entreprises françaises". Il n'y a en fait que 17% des personnes interrogées qui considèrent que le mérite de la baisse du chômage revient "à la politique menée par le gouvernement".
Pour la majorité des personnes interrogées, le gouvernement a plutôt réussi à améliorer "le fonctionnement du système de santé" (58%). Une majorité plus étriquée considère également que les chantiers de la modernisation de la vie politique et de la réduction du temps de travail sont des réussites.
En revanche, les Français considèrent plutôt comme des échecs les tentatives de "réforme de la justice", de "lutte contre les problèmes d'environnement", de "réduction des inégalités sociales" ou de "modernisation de la fonction publique", la "baisse des impôts et des taxes" et "la lutte contre l'insécurité". Les trois-quarts des interviewés pensent encore que le gouvernement a échoué dans sa tentative de "réforme de l'Education nationale".

En marge de ce bilan plutôt mitigé, les trois années passées à Matignon ont incontestablement été bénéfiques pour Lionel Jospin. Les trois-quarts des Français le jugent "plus détendu qu'il y a trois ans", et huit personnes sur dix ne le trouvent pas "usé". Le chef de l'exécutif a même surpris son monde, puisque 63% des personnes interrogées s'accordent à penser que "tout compte fait, Lionel Jospin Premier ministre, c'est plutôt mieux que prévu". Cette affirmation est partagée par la majorité absolue des sympathisants de droite (55%), et par près des trois-quarts des sympathisants de gauche (73%).
On le considère avant tout "sérieux" (88%), "déterminé" (85%) et "prudent" (78%). Les Français ont confiance en lui, 72% l'estiment "honnête", et le jugent plutôt "sympathique" (70%). Par ailleurs, les critiques habituellement faites au chef du gouvernement ne sont pas forcément partagés par l'opinion : si 42% des sondés lui reprochent un côté "triste" et "ennuyeux", la majorité trouve au contraire que ces traits d'images s'appliquent plutôt mal au Premier ministre (52 et 54%, respectivement)

Pas étonnant alors que malgré une action gouvernementale qui n'enthousiasme pas franchement l'opinion, 56% des Français jugent que Lionel Jospin ferait un bon président de la République. Il doit logiquement cette majorité aux sympathisants de la gauche plurielle, même si 38% des sympathisants de droite sont aussi de cet avis (contre 54% d'avis contraire). S'il était confronté à Jacques Chirac au second tour, 43% pensent qu'il l'emporterait (39% d'avis contraires, 18% préférant ne pas se prononcer).

Pour autant, cette victoire n'est souhaitée que par une minorité, de 42% des personnes interrogées (contre 46% d'avis contraires, 12% ne se prononçant pas). Les Français ont encore des attentes pour faire de Lionel Jospin le président de la République. Ce dernier a aujourd'hui une image d'excellent gestionnaire, il lui manque encore le charisme d'un chef d'Etat. Certes, pour la majorité des sondés, le Premier ministre a d'ores et déjà "fait ses preuves" quant à sa "rigueur morale", et son "sens de l'Etat". Mais dans la perspective de la présidentielle, les Français pensent majoritairement qu'il a encore "des progrès à faire" pour être plus "proche des préoccupations des Français", améliorer son "habileté politique", et plus encore pour affirmer sa "capacité à rassembler les Français" ou son "impartialité". Surtout, plus de sept personnes sur dix jugent qu'il doit progresser en matière de "dimension internationale" et dans l'élaboration "d'un projet d'avenir pour la France". A noter cependant qu'en juillet dernier, les Français ne souhaitaient pas non plus majoritairement voir Jacques Chirac réélu (41% d'avis favorables, 47% d'avis contraires) ; on constate en effet que l'opinion est souvent hésitante à valider l'action d'un homme politique quand l'échéance du scrutin est encore lointaine.

Et si Lionel Jospin était un animal ? "Ce serait un renard", préviennent plus du quart des Français, sympathisants de gauche ou de droite. Est-ce un compliment, ou plutôt un reproche ? Toujours est-il qu'on ne se presse pas pour inviter l'animal à sa table. Seulement 9% des personnes souhaiteraient dîner avec le Premier ministre. On lui préfère Jean-Jacques Goldman (28%), Luc Besson (17%) ou … Jacques Chirac (14%).

Contactez-nous